Oeuvres Maîtresses du romancier de référence sur les femmes dominatrices

À la fin du XIXe siècle, un professeur de psychiatrie de l’université de Vienne forgeait le mot  » masochisme  » pour définir un certain type de perversions sexuelles. Du nom de l’écrivain Leopold von Sacher-Masoch qui, dans de nombreux récits, met en scène de superbes femmes dominatrices et cruelles qui réduisent à leur merci, parfois à coups de fouet, des amants entièrement soumis. Léopold von Sacher-Masoch allait être lexicalement immortalisé, mais détruit en tant qu’homme de lettres. Né en 1836 en Galicie et mort en 1895 en Allemagne, cet écrivain autrichien de langue allemande était un esprit brillant formé par une éducation raffinée ; aristocrate libéral, héritier des Lumières, il enseigna dès 20 ans à l’université et, à 28, était un auteur reconnu et apprécié. Il a beaucoup publié au cours de sa carrière, et des ouvrages très divers, mais reste aujourd’hui largement méconnu. En France, seule une petite partie de son œuvre a été traduite et, même parmi ces textes, très peu ont été réédités depuis les premières traductions, parues du vivant de l’auteur. Même ramenés à leur part érotique et  » masochiste « , ces romans et nouvelles sont relativement mal servis : seuls quelques-uns ont bénéficié de rééditions récentes, et l’offre reste éparse. Sans même songer à révéler ses ouvrages oubliés, mettre à la disposition du public ses Œuvres maîtresses sous la forme commode d’un volume unique est d’un intérêt capital. Le livre contient deux romans et dix-neuf nouvelles d’ampleur variée, présentés dans l’ordre chronologique, parmi lesquels le plus célèbre, La Vénus à la fourrure. C’est aussi le plus actuel : adapté pour le théâtre par Christine Letailleur en 2009, il est porté à l’écran par Roman Polanski en 2013 – mais le cinéaste a adapté une adaptation, une pièce écrite par David Ives créée en 2010 à New York, Venus in Fur. À la faveur de cette actualité, retrouver l’œuvre littéraire s’impose. Souvent réédité, ce roman gagne ici à être présenté au sein d’un ensemble plus vaste : il est ainsi mis en perspective. Il importe aussi de souligner que ce recueil comporte un nombre non négligeable de ces textes qui n’avaient plus été repris depuis leurs premières traductions, notamment  » Le cabinet noir de Lemberg « . Il s’agit de retrouver l’essence littéraire des clichés qui se sont développés à partir d’un concept psychiatrique déjà injustement réducteur ; c’est à cela que vise ce volume : permettre un retour aux sources romanesques du  » masochisme « , qui ont inspiré des écrivains comme Georges Bataille ou Michel Foucault, jusqu’à l’auteur de Cinquante Nuances de Grey.

Ce volume contient :
• La Vénus à la fourrure
• Le Cabinet noir de Lemberg
• La Pêcheuse d’âmes
• Les Batteuses d’hommes
• La Pantoufle de Sapho et autres contes

Paru aux éditions Bouquins, 883 pages.

Oeuvres Maîtresses de Leopold von Sacher-Masoch est disponible par correspondance et livraison gratuite ici :
http://www.sentimentmoderne.com/librairie/produit/oeuvres-maitresses-de-sacher-masoch/

 

Lien pour marque-pages : Permaliens.

Les commentaires sont fermés