L’avilissement

L’avilissement érotique et sexuel est une des formes les excitantes et ultimes de la domination/soumission. Elle pousse l’écart entre la personne dominante et celle qui est soumise à être le plus grand possible en réduisant la personne soumise aux statuts les plus inférieurs que l’on puisse créer et imaginer. Cette forme de domination/soumission tient du sublime tant la confiance et l’amour entre les deux partenaires doivent être absolus. La personne soumise s’offre entièrement à la personne dominante repoussant, au fil de leur relation, les limites toujours plus loin.
En prenant possession de la personne soumise, la dominante la rabaissera, l’humiliera et lui fera perdre tous ses droits pour la rabaisser au niveau d’une chienne, d’un putain de bas étage, d’une servante corvéable à merci voire d’un simple objet.
La personne soumise ne vivra plus que pour la dominante, la servir, la chérir, l’admirer, la vénérer et lui vouer un culte digne d’une déesse ou d’un dieu. La personne dominante se verra ainsi adulée tandis que, dans le même temps, la personne soumise sera toujours rabaissée plus bas, toujours plus bas.
La personne soumise assumera son infériorité sous les insultes et les remarques pleine de mépris. Plus se sera le cas, plus elle montrera respect et admiration pour la personne dominante à qui elle s’est librement donnée dans le but de perdre sa liberté et de remettre sa vie et ses droits à la personne dominante.
Même si le rapport entre les deux partenaires peut sembler dénué d’amour c’est en fait tout le contraire qu’il faut y voir : une confiance et une passion dévorante extrême qui lie ceux-ci dans un rapport fascinant et total où le fossé entre le statut des deux partenaires est poussé à son paroxysme. L’admiration et vénération dans un sens justifiera le rabaissement dans l’autre.
C’est une relation extrême réservée à des partenaires qui souhaitent rétablir l’inégalité entre ceux-ci. Un choix assumé et revendiqué. Un amour tellement cruel que seules quelques personnes sont capables de la vivre réellement sans désirer le moins du monde faire marche arrière plus tard.
Un amour cruel si ultime et si rare que les partenaires qui en sont capables fascinent et suscitent l’admiration. C’est la forme de sadisme et de masochisme mentaux la plus élevée, la plus radicale, la plus empreinte de la passion la plus pure.

Lien pour marque-pages : Permaliens.

Un Commentaire

  1. Bonjour, ce texte relatif à l’avilissement me laisse pantois tellement il est ce que je recherche, être à vilipendé de toutes les façons possibles, être sous-nullifié.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

onze + quatre =